Comment une comptabilité énergétique est-elle mise en place ?

Trois phases sont distinguées dans la mise en place d'une comptabilité énergétique

1. Le recueil des données

Le recueil des données permet d’identifier les systèmes et les points de consommation, en distinguant les usages pour obtenir une vision d’ensemble des consommations. Chaque système et point de consommation est identifié par :

  • le vecteur énergétique utilisé (électricité, gaz, chaleur, froid pour la climatisation, fuel...)
  • l'usage de l'énergie (chauffage ou non)
  • le mode d'approvisionnement (compteur ou stockage)
  • l'unité physique de comptage (litre, m³, kg, Wh...)
  • le facteur multiplicateur entre l'index et l'unité physique de comptage
  • le facteur de conversion pour standardiser la consommation en kWh

 

2. La relève et le traitement des données

Toutes les données des comptages doivent pouvoir être lues automatiquement et doivent être disponibles aux personnes qui devront les exploiter de manière simple et non fastidieuse. Devoir visiter les différents emplacements du ou des bâtiments pour récupérer les lectures des compteurs ne permettra jamais d'avoir un suivi systématique et efficace.

Une fois les données lues, elles doivent être enregistrées et traitées de manière à :

  • standardiser les consommations énergétiques exprimées dans une même unité d’énergie : kWh
  • calculer les consommations énergétiques en unité d’énergie primaire
  • éliminer l’influence de la rigueur climatique dans les relevés de consommation en ramenant ceux-ci à la situation climatologique de référence par la technique des degrés-jours
  • calculer les émissions de CO2 pour une situation climatologique de référence
  • établir, pour chaque système et point de consommation, des ratios de comparaison ainsi qu’un tableau de performance représentatif de l’utilisation du bâtiment. Chaque gestionnaire choisira les critères qui lui semblent les plus pertinents.

 

3. L'interprétation et la présentation des résultats

Pour interpréter les résultats et en tirer les conclusions opérationnelles, il est nécessaire de bien connaître le bâtiment, ses systèmes et ses usages auxquels se rapportent les points de consommation.
Avec les résultats, il est possible d'observer notamment les éléments suivants :

  • les erreurs de lecture, d'encodage ou dérive subite des consommations
  • les problèmes de régulation
  • la dérive progressive des consommations (manque d'entretien des équipements...)
  • l’existence de consommations indépendantes de la rigueur climatique
  • l’établissement d'un niveau de consommation d’énergie en année climatique normale
  • l’établissement d’un budget de dépenses d’énergie en année climatique normale
  • la mesure des économies obtenues par les projets mis en place


Les résultats doivent être présentés de façon claire (graphique, tableau…) et de manière à pouvoir être compris et interprétés par des personnes non spécialisées.